SINGLE DESTINATION

Toulouse est une commune du Midi de la France située sur les berges de la Garonne. Chef-lieu de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et du département de la Haute-Garonne, la ville est réputée notamment pour son architecture, son histoire, sa gastronomie, sa place du Capitole, ses jardins et sa diversité culturelle.

Toulouse, « la ville rose »

Surnommée « la ville rose », Toulouse étonne par ses couleurs pastel aux nuances variées de rose et d’orangé. Au fil du temps, la ville fut érigée de tuile ou de brique romaine appelée « foraine » en Midi toulousain. Privés de pierre de taille dans une contrée riche en argile, les constructeurs se sont tournés très rapidement vers la glaise mélangée à de la paille ou du sable. À partir du mélange, différentes techniques sont développées pour réaliser de la brique. Selon le résultat escompté, les briques étaient blanchies ou colorées et appareillées de fausses pierres sculptées, de volutes, de balustres, de mascarons, de lambrequins ou de galets. Le matériau peu onéreux fut utilisé abondamment dans tous les types de construction donnant un caractère singulier à la ville. L’histoire de Toulouse qui débute avec la présence gauloise et romaine se découvre par ses monuments historiques, par la richesse de son patrimoine culturel millénaire et, aussi, par son urbanisme typiquement toulousain.

Toulouse et l’époque gallo-romaine

L’histoire de Toulouse débute au IIIe siècle av. J.-C. au moment où le Languedoc est le lieu de rassemblement des peuples gaulois. Parmi les populations nomades gauloises, les Volques Tectosages (le nom signifie « un peuple qui cherche un toit ») s’installent dans le sud de la France. Cette tribu appartenant à la famille des Celtes venant du Danube occupe les vallées de la Garonne et les bords de la rive droite en amont de Toulouse. Les Volques Tectosages entretiennent des liens commerciaux notamment avec l’Espagne, l’Italie et le reste des peuplades de la Gaule par l’échange de vins, de métaux et de blé.

Puis, les territoires gaulois sont envahis par les Romains dont l’occupation commence au 1er siècle av. J.-C. Dès leur installation, les Romains administrent les Gaulois. C’est la période gallo-romaine. Initialement, la Gaule romaine conserve la division des territoires Aquitaine, Celtique et Belgique. La séparation tripartite, incluant neuf provinces, sera modulée ultérieurement par l’empereur Auguste. Puis, entre les IVe et Ve siècles, il y aura 17 provinces. Tolosa, c’est-à-dire Toulouse, devient une nouvelle colonie romaine d’Aquitaine pourvue d’un rempart, d’un forum, d’un réseau d’aqueduc, d’un amphithéâtre et des voies de communication. Malgré une présence déterminante, peu de monuments romains ont résisté au temps. Quelques vestiges, notamment ceux du rempart, sont visibles sur la place Saint-Jacques près du palais Niel.

En 413, les Wisigoths envahissent à leur tour la région languedocienne et choisissent d’installer, en 418, leur capitale à Toulouse. La ville s’agrandit et les balbutiements du christianisme, émis dès le milieu du IIIe siècle par la détermination de saint Saturnin, s’accentuent au Ve siècle avec l’évêque Exupère qui fit construire la première basilique Saint-Sernin. Rappelons au passage que l’Empire romain n’était pas hermétique et que les Wisigoths, à l’instar des Alamans, des Burgondes, des Huns, des Ostrogoths, des Vandales, entretiennent des relations avec les Romains.

Le royaume des Wisigoths couvre le bassin aquitain et une grande partie de la péninsule espagnole. Cependant, le territoire wisigothique trop vaste à protéger fragilise leur royaume. Les Francs, dont la présence s’étendait déjà dans le nord de la Gaule, prennent possession des territoires de l’Aquitaine. Les Wisigoths se replient au sud des Pyrénées.

À la fin du Ve siècle, la Gaule est morcelée en plusieurs royaumes barbares « romanisés ». Les grandes migrations, actives dès le IIIe siècle apr. J.-C., contribuent, en 476, à la fin de l’Empire romain. Le Moyen Âge succède à l’Antiquité avec le déclin de la civilisation romaine. Cette vaste période historique, située entre le Ve siècle et le XVe siècle, met en place les nouvelles structures de la société occidentale. La civilisation médiévale se caractérise notamment par l’expansion du christianisme, le système féodal, les croisades, les famines et les crises religieuses.

Les comtes de Toulouse au Moyen Âge

C’est à partir du Xe siècle et de la progression de la féodalité sous les Capétiens que Toulouse connaît une réelle expansion géographique et économique. Les comtes de Toulouse (comtes souverains depuis l’époque carolingienne) étendent leur pouvoir sur une grande partie du Midi de la France. Plus spécifiquement, ils dirigent Toulouse de leur château qui était situé à l’emplacement actuel du palais de justice. L’agglomération est en expansion et les habitants sont de plus en plus nombreux à aménager les faubourgs Saint-Michel, Saint-Cyprien et Saint-Sernin. Une nouvelle enceinte est alors érigée pour protéger la ville. À cette époque, le christianisme est largement diffusé et adopté par les Toulousains. Plusieurs églises sont construites et la doctrine du catharisme s’émancipe. En effet, au XIe siècle, le sud de la France est un territoire fertile pour les cathares. Le mouvement chrétien considéré comme hérétique, puisque dissident de l’Église catholique romaine, est largement implanté notamment sur les terres comtales d’Albi, de Carcassonne et de Toulouse. La popularité des cathares du Languedoc (appelés aussi albigeois) dérange particulièrement le pouvoir papal. En 1208, l’assassinat du légat pontifical Pierre de Castelnau près d’Arles (moine cistercien et ardent chasseur des hérétiques cathares) soulève la colère du pape Innocent III qui décide de lancer une croisade contre les hérétiques et les cathares. La croisade des Albigeois menée jusqu’en 1229 ruine le comté de Toulouse. En 1271, Toulouse est rattachée au domaine royal de France. Dès lors, les régions du Languedoc et la cité de Toulouse connaissent une nouvelle histoire.

Prospérité et déclin de Toulouse

Au XIIIe siècle, l’université de Toulouse est la première université construite à l’extérieur de Paris. Déjà, Toulouse est considérée comme une ville intellectuelle de premier ordre. Le savoir (sous toutes ses formes) et la culture latine longtemps réservés aux ecclésiastiques des grands monastères sont décloisonnés. Une intelligentsia émerge de la bourgeoisie toulousaine. Au XIVe siècle, la ville de Toulouse est en pleine croissance démographique. Avec ses 40 000 habitants, elle est la quatrième ville en population du royaume de France. La cité s’enrichit d’édifices de plus en plus luxueux. Le pouvoir religieux s’étend dans la ville par ses nombreux établissements de style gothique. On y compte une vingtaine de couvents, dont le couvent des Jacobins.

L’activité du textile, au XVe siècle, est en plein essor. La fabrication du pastel est commercialisée dans le monde entier. Étant un lieu d’exportation de la draperie et du pastel, Toulouse bénéficie du succès commercial des industries. Les riches marchands toulousains se font bâtir des grands hôtels particuliers richement colorés qui montrent la prospérité économique de la cité.

Cependant, la ville florissante décline entre le XVIe et le XIXe siècle. Les guerres de religions entre protestants et catholiques au XVIe siècle sont dévastatrices. Également, Toulouse qui peine à se relever des conflits religieux est profondément ébranlée par la peste. À la fin du XVIIe siècle, une famine affaiblit Toulouse. La ville ne compte plus que 25 000 habitants. Comble de malheur, la Révolution française s’abat avec âpreté sur la France. Tout comme la plupart des grandes villes, Toulouse n’est pas épargnée par la gronde révolutionnaire. Puis, confrontée à la révolution industrielle qui émerge dans les grandes métropoles européennes, la ville de Toulouse, ne sachant reprendre pied devant les événements, titube. Malgré tous ces bouleversements, la cité a su se doter d’infrastructure telle que le canal du Midi et le Pont-Neuf au fil des siècles.

Toulouse, l’incontournable

Une relance s’amorce au XXe siècle. Étonnamment, le déclenchement de la Première Guerre mondiale est un tremplin économique et social pour la ville qui accueille les premières entreprises des secteurs aéronautiques et chimiques. Deux secteurs qui ne cesseront de croître. Rappelons que le Concorde sort des hangars de la ville en 1967, que les expériences menées par les pionniers de l’aéropostale se font à Toulouse et que l’industrie aéronautique est toujours bien présente avec Airbus.

C’est aussi pendant le XXe siècle que la croissance démographique de Toulouse connaît une augmentation substantielle. Sous les régimes fascistes et également après la guerre d’Algérie, Toulouse devient une terre d’accueil fertile notamment pour l’immigration espagnole et algérienne.

Aujourd’hui, la ville de Toulouse prend de plus en plus d’importance et s’impose à travers toute la France. Son caractère multiethnique, sa richesse architecturale et son patrimoine historique en font une ville incontournable.

Une visite dans la ville de Toulouse

Basilique Saint-Sernin

À la fin du XIe siècle, on construit au-delà des murailles de Toulouse la basilique Saint-Sernin pour abriter les reliques de saint Saturnin, martyr et premier évêque de Toulouse au IIIe siècle. Saturnin fut accusé de déranger les oracles des pratiques païennes romaines. On exige de la part de Saturnin, qui avait reçu de Rome la mission d’évangéliser le Languedoc, de renier son dieu chrétien. Refusant, il est attaché par les pieds à un taureau qui le piétine sauvagement. Il rend l’âme dans l’actuelle rue du Taur (taureau) près du Capitole. Sous l’influence de la langue occitane, Saturnin est transformé en Sernin.
La basilique Saint-Sernin est un exemple magnifique de l’architecture romane. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, la construction s’étale jusqu’au XIIIe siècle. Située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, la basilique Saint-Sernin est une des églises de pèlerinage très prisée des fidèles.

Au Ve siècle, une petite chapelle est érigée en l’honneur de saint Saturnin. Vétuste, l’église fut reconstruite vers 1080 et inaugurée en 1096 par le pape Urbain II sous le vocable de basilique Saint-Sernin. Elle est considérée comme la plus grande église romane de France. Construite sur un plan basilical, Saint-Sernin se caractérise notamment par son chevet élégant aux chapelles rayonnantes et son clocher octogonal (terminé au XIIIe siècle de style gothique) déposé à la croisée du transept. L’intérieur est composé de cinq nefs voûtées d’arêtes et de berceau à arcs doubleaux. Au-dessus des nefs, les tribunes ajourées occupent toute la largeur des bas-côtés. Saint-Sernin est l’une des belles églises romanes languedocienne qui dispose d’une crypte bien aménagée.

Coordonnées : 13, place Saint-Sernin, 31000 Toulouse, France

Tél. : 05 61 21 80 45

Métro : ligne A – station Capitole, ligne B – station Jeanne D’Arc

Bus : lignes 15, 23, 44, 45, 70

Couvent des Jacobins

Au XIIIe siècle, les innovations architecturales du Languedoc et le vocabulaire spécifique de l’architecture religieuse s’étaient bien développé dans l’ensemble des régions. Le couvent des Jacobins, ensemble conventuel monastique situé au centre de la ville de Toulouse entre la Garonne et le Capitole construit entre le XIIIe et le XIVe siècle, est un très bel exemple du gothique méridional.
Il est constitué d’un cloître, d’une église, d’un réfectoire, d’une salle capitulaire et d’une chapelle. L’église dite des Jacobins est l’église mère de l’ordre mendiant des frères prêcheurs appelés les Dominicains en l’honneur du fondateur Dominique de Guzman (saint Dominique). Ce dernier fonde en 1215 à Toulouse l’ordre qui a comme mission de promouvoir la prédication de l’évangile et de lutter contre l’hérésie. Le premier lieu de rencontre des dominicains français à Paris avait valu à ces derniers le nom de « Jacobins », car ce lieu était proche d’une église consacrée à Saint-Jacques. L’appellation fut conservée pour l’ensemble de la communauté dominicaine. L’église des Jacobins de Toulouse est présentée comme l’une des plus belles églises des ordres mendiants de France. Elle abrite le corps de saint Thomas d’Aquin.

À l’extérieur, l’édifice de pierres arbore une architecture sévère et massive, malgré l’abondance de grandes fenêtres placées au-dessus des chapelles basses. L’édifice présente un concept architectonique assez original déterminé par la construction de deux nefs uniques séparées par l’alignement de puissants piliers cylindriques. La voûte absidiale rayonne de ses 22 nervures à la manière d’une étoile, appelée « le palmier ». Le plan d’ensemble lui confère une dimension monumentale et une structure homogène. Ce type de construction a été particulièrement adopté dans le Nord par la communauté dominicaine.

Coordonnées : Rue Joseph Lakanal (parvis des Jacobins), 31000 Toulouse, France

Tél. : + 33 5 61 22 23 82

Métro : ligne A – station Capitole

Musée des Augustins

Le musée des beaux-arts de Toulouse, appelé musée des Augustins, est situé dans l’ancien couvent de cette communauté. Le musée ouvre ses portes en 1796. Il abrite des collections exceptionnelles de sculptures et de peintures du début du Moyen Âge jusqu’en 1940.

Coordonnées : 21, rue de Metz, 31000 Toulouse, France

Tél. : + 33 5 61 22 21 82

Métro : ligne A – station Esquirol, ligne B – stations Carmes ou François Verdier

Bus : lignes 2, 10, 14, 38, 78, 80 (arrêts : Esquirol, Boulbonne)

Capitole

Depuis le XIIe siècle, le Capitole est le siège du pouvoir municipal. L’édifice de style néo-classique fut transformé et rénové à plusieurs reprises selon les époques. Le bâtiment édifié en largeur s’impose sur la place du Capitole. La somptuosité de sa décoration intérieure se déploie à travers ses plafonds en trompe-l’œil, ses salles d’apparat et ses salons. Opéra et concert Toulouse sont accueillis dans ce magnifique bâtiment. Notons que la place du Capitole a été rénovée récemment. Elle est agrémentée de la croix du Languedoc dessinée par Raymond Moretti.

Coordonnées : place du Capitole, 31000 Toulouse, France

Tél. : + 33 5 61 22 34 12

Métro : ligne A – station Capitole

Les ponts et les fontaines de Toulouse. Les ponts construits pour traverser la Garonne ont joué un rôle fondamental dans l’histoire de Toulouse. Aujourd’hui, la ville en conserve encore plusieurs, dont le Pont-Neuf, le pont Saint-Michel, le pont Saint-Pierre, le pont Catalan et le pont des Demoiselles.

Avec le canal du Midi, la Garonne et les nombreux ponts, Toulouse, la « ville rose », pourrait aussi s’afficher de l’étiquette « ville d’eau ». Cette image vient des fontaines qui fourmillent à travers les rues, les jardins, les bassins et les places publiques. Certaines sont anciennes comme la fontaine Saint-Étienne qui date du XVIe siècle. Les fontaines Ariège-Garonne, Belle-Paule, Boulbonne, Dupuy, Olivier, de la Trinité, de la place Rouaix et des Puits-clos ont été restaurées.

Cité de l’espace

Le parc attractif scientifique de Toulouse a été inauguré en 1997 sous le nom de Cité de l’espace. Le site propose 2 500 m2 d’expositions, un espace de cinq hectares de jardins, un cinéma IMAX et un planétarium. Le cosmos, la conquête spatiale, les engins spatiaux, l’observation astronomique et plusieurs activités sont au rendez-vous.

Coordonnées : avenue Jean Gonord, 31506 Toulouse, France

Tél. : + 33 5 67 22 23 24

Métro : ligne A – station Jolimont, ligne B – station Ramonville

Bus : ligne 37 (arrêt Cité de l’espace)

Navette Starline : depuis le centre-ville

Jardins de Toulouse

Le jardin des plantes de Toulouse est un jardin public d’une étendue de sept hectares qui se situe près du canal du Midi et des quartiers des

Demoiselles et de Busca

Le jardin des plantes est riche d’une collection de 1 300 espèces. Il accueille le Muséum d’histoire naturelle. Non loin, le jardin japonais Toulouse est tout aussi remarquable pour sa variété de plantes exotiques.

Coordonnées du jardin des plantes : allée Frédéric Mistral, 31000 Toulouse, France

Tél. : + 33 5 62 27 48 48

Métro : ligne B – station Palais-de-Justice

Stadium Toulouse

Le Stadium municipal de Toulouse représente le plus vaste espace sportif de la ville avec ses 33 150 places assises. Non loin du centre-ville de Toulouse, il est situé à proximité du casino Barrière sur l’île du Ramier. Le Toulouse Football Club (TFC) est l’équipe du football professionnel en résidence. Le stade toulousain a accueilli plusieurs manifestations sportives, dont quelques coupes du monde de football et de rugby à XV.

Coordonnées : 1 bis, allées Gabriel Biénès, île du Ramier, 31028 Toulouse, France

Métro : ligne B – stations Empalot, Saint-Michel-Michel Langer

Tramway : ligne T1 (arrêts île du Ramier, Croix-de-Pierre)

Bus : lignes 11, 12, 34, et 52 (arrêts Stadium-Est, Stadium-Ouest)

Climat de Toulouse

À l’instar du climat de la région occitane, Toulouse possède un climat généralement tempéré avec une triple influence océanique, continentale et méditerranéenne. La région se caractérise par des étés chauds et secs, des hivers agréables, des printemps pluvieux et orageux et des automnes ensoleillés. La météo Toulouse est de façon générale assez représentative des régions du sud de la France.

Info Toulouse

Aéroport Toulouse

Aéroport de Toulouse-Blagnac. Situé à 7 kilomètres au nord-ouest du centre de Toulouse. L’aéroport favorise les grandes villes de France et plusieurs destinations internationales. Au moins 35 compagnies aériennes desservent l’aéroport de Toulouse.

Métro Toulouse

Le service de métro de Toulouse compte deux lignes qui se croisent au cœur de la ville. La ligne A comprend 18 stations et la ligne B relie 20 stations. Les horaires du métro et du tram sont disponibles sur le site des transports Tisséo.

Bus Toulouse

Le réseau bus de Toulouse dispose de 80 lignes adaptées aux besoins de la clientèle. Les horaires sont disponibles sur le site Tisséo.

Gare de train Toulouse-Matabiau

La principale gare de train est située au 64, boulevard Pierre-Semard dans le quartier Matabiau près du centre-ville. Elle offre les services du TGV, AVE, Intercités, Intercités de nuit et TER Midi-Pyrénées. Elle dessert les lignes : Bordeaux-Saint-Jean à Sète, Toulouse à Bayonne, Brive-la-Gaillarde à Toulouse. La gare est également un réseau de correspondances pour le métro et le bus. SNCF est le propriétaire-exploitant de la gare.

Mairie de Toulouse

Sur le site de la mairie de Toulouse, les internautes trouveront des informations sur les services offerts par la ville. Les informations sont classées sous différentes rubriques. Par exemple, actualités Toulouse, sports Toulouse, piscine Toulouse, plan Toulouse, etc.

Coordonnées : 1, place du Capitole, 31000 Toulouse, France

Tél. : 05 61 22 29 22

Rectorat de l’académie de Toulouse

Coordonnées : 75, rue Saint-Roch, 31400 Toulouse, France

Tél. : 05 36 25 70 00

Crous Toulouse

Le Centre régional des œuvres universitaire et scolaire (Crous) est un organisme agissant pour l’égalité des chances à accéder à l’enseignement supérieur par l’attribution de bourses ou encore d’appui au logement et à la restauration.

Coordonnées : 58, rue du Taur, 31070 Toulouse, France

Tél. : 05 61 12 54 00

Zénith Toulouse

Le Zénith de Toulouse est une salle de spectacle proposant une scène multifonctionnelle de 30 mètres avec gradins amovibles et rideaux mobiles. D’une architecture moderne qui évoque un immense vaisseau spatial, le Zénith propose concerts, cirques, patinage, tennis, danse, théâtre, etc.

Coordonnées : 11, avenue Raymond Badiou, 31000 Toulouse, France

Tél. : 05 62 74 49 49

Crédit Agricole Toulouse

Crédit Agricole Toulouse offre plusieurs succursales dans la ville. On peut consulter le site de l’institution pour connaître l’endroit le plus proche. Crédit Agricole en ligne offre des services diversifiés pour les internautes.

Office de tourisme Toulouse

L’Office de tourisme peut vous conseiller pour des week-ends et des vacances à Toulouse. Pour des idées de sorties, des lieux d’hébergements, des activités à l’extérieure de la ville comme une visite à animaparc, des réservations de billets de spectacles ou bien pour un restaurant Toulouse, l’Office du tourisme aide rapidement les visiteurs.

Coordonnées : Donjon du Capitole, Square Charles de Gaulle, 31080 Toulouse, France

Tél. : 08 92 18 01 80

Cinéma Toulouse

Plusieurs cinémas ont pignon sur rue à Toulouse. Voici deux adresses de chaînes populaires :

UGC Toulouse

9, allée du Président Franklin Roosevelt, 31000 Toulouse, France.

Tél. : + 33 5 62 30 28 30

Gaumont Wilson

3, place du Président Thomas Wilson, 31000 Toulouse, France.

Tél. : + 33 8 92 69 66 96

Revenir en Occitanie

Catégories Toulouse

Attentat de Toulouse - Diocèse de Versailles
File:Toulouse Capitole Night Wikimedia Commons.jpg - Wikimedia Commons
capitole ville de toulouse hotellerie de charme au coeur de toulouse ...
Smart Toulouse : modèle de déploiement de ville intelligente ?
Toulouse » Study Abroad: Paris | Boston University
Toulouse • Voyages - Cartes
Toulouse • Voyages - Cartes
Toulouse: la tercera ciudad más visitada de Francia está cerca ...
Capitole de Toulouse, Toulouse, Midi-Pyrénées, France, Europe ...
File:Toulouse capitole.jpg - Wikimedia Commons
Le Capitole - TOULOUSE - Tourisme à Toulouse
Tourisme à Toulouse : Vacances, Séjours et Sorties - Visite de la ...
Le Capitole - TOULOUSE - Tourisme à Toulouse