SINGLE TRAVEL DIRCECTORY

Opéra de Paris

L’opéra de Paris, connu également sous le nom de l’opéra Garnier et palais Garnier, est un édifice du XIXe siècle construit par l’architecte français Charles Garnier. Situé place de l’Opéra dans le 9e arrondissement de Paris, l’édifice est classé depuis 1923 sur la liste des monuments historiques de France. Véritable joyau de l’architecture française, le palais Garnier est un des lieux les plus prisés de Paris avec ses 400 000 visiteurs par année.

opera_de_paris_1

L’opéra du Second Empire

L’opéra de Paris est l’œuvre de l’architecte français Charles Garnier (1825-1898) qui a développé au cœur du quartier des grands magasins une architecture originale et somptueuse relevant d’un certain éclectisme présenté comme le style Napoléon III. Sanctuaire impérial et mondain situé sur la place de l’Opéra, le palais Garnier représentait le style officiel du Second Empire tout en témoignant de l’idéologie du Paris moderne de type haussmannien.

La construction du nouvel édifice débute en 1861 pour être achevée en 1875. Inauguré en 1876, le nouveau temple de la musique a remplacé l’édifice devenu vétuste et qui était situé sur la rue Le Peletier. Le palais Garnier abrite une somptueuse salle de spectacle, un grand foyer, un salon, une rotonde, une bibliothèque, un espace musée et des salles pour les ateliers de répétitions. L’édifice est également agrémenté d’un escalier d’apparat à double volée qui conduit au grand foyer et aux différents étages de la salle de spectacle.

Charles Garnier : un architecte réputé

Après la construction de l’opéra, Charles Garnier a été un des architectes réputés et appréciés de la ville de Paris. À preuve, peu d’édifices sont connus populairement sous le nom d’un architecte comme le palais Garnier. En plus de l’édifice de l’opéra, l’architecte a signé plusieurs réalisations dont le théâtre Marigny à Paris, l’observatoire astronomique de Nice (en collaboration avec Gustave Eiffel), le casino et l’établissement thermal de Vittel et le Grand Hôtel de Paris à Monte-Carlo. Charles Garnier a connu une carrière florissante primée. Il a obtenu le premier grand prix de Rome en architecture en 1848. Il a été nommé officier en 1875, commandeur en 1889 et grand officier en 1895 de la Légion d’honneur. Puis, il a été élu à l’Institut de France (académie des Beaux-Arts) en 1874.

Le style Garnier

Le style qu’épouse Charles Garnier pour l’opéra de Paris repose sur une exubérance architecturale et décorative. L’abondance de peinture, de stuc, de bronze, de marbre et de statues cache une structure rigide. Le « style Garnier » n’a pas fait école. Cependant, le bâtiment représente encore aujourd’hui une très belle réussite de l’architecture monumentale du XIXe siècle français.

Généralement qualifiée d’éclectisme, la composition de Charles Garnier oscille entre le style baroque et le style néo-renaissant. La façade principale est composée d’un rez-de-chaussée légèrement surélevé sur un perron de pierre. La façade, qui sert d’entrée principale, est percée de sept arcades cintrées encadrées d’une série de statues et de médaillons. Les deux extrémités de la façade monumentale se terminent par des avant-corps (parties en saillie). L’étage supérieur est formé d’une loggia agrémentée de sept grandes baies entrecoupées de colonnes monolithes jumelées.

La décoration sculpturale foisonne sur la façade. On y trouve des bustes de compositeurs, des masques antiques et des œuvres allégoriques. À noter la fabuleuse réplique sculptée par Paul Belmondo (1898-1982) du groupe de la Danse (l’originale est conservée au musée du Louvre) de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875). Le dôme, légèrement étiré, qui chapeaute la salle de spectacle est lui-même couronné de plusieurs groupes sculptés.

Une architecture monumentale

On dit de l’opéra de Paris que c’est le plus vaste théâtre du monde. Ses dimensions sont impressionnantes avec 11 000 m2 de superficie. L’édifice s’impose par une structure avoisinant les 172 m de longueur, 101 m de largeur et 73 m de hauteur. Le palais Garnier compte 6 319 marches érigées à travers ses nombreux sous-sols et dédales de couloirs. L’intérieur est tout aussi impressionnant. Le grand foyer mesure 54 m de long, 18 m de hauteur et 13 m de largeur. L’escalier d’honneur est agrémenté d’une trentaine de colonnes en marbre. La salle de spectacle compte cinq étages de loges, possède une capacité d’accueil de 2 130 spectateurs. La scène qui a 60 m de hauteur, 26 m de largeur et 52 m de profondeur se caractérise par un espace élargi pouvant contenir 400 figurants.

La salle de spectacle

La salle s’appuie sur le concept des théâtres à l’italienne. Ainsi, le plan a été conçu en forme de fer à cheval. L’architecture réalisée selon les normes de l’architecture à structure métallique de l’époque industrielle est camouflée par le stuc, le marbre, les dorures et les velours. La salle aux tonalités rouge et or est décorée d’un magnifique lustre de bronze et de cristal de 340 lumières qui pèse plus de 6 000 tonnes. Le plafond de la salle, inauguré le 23 septembre 1964, a été décoré par le peintre franco-russe Marc Chagall (1887-1985), grand maître de l’art figuratif du XXe siècle. Le rideau de scène a été créé par les peintres-décorateurs Philippe-Marie Chaperon (1823-1906) et Auguste-Alfred Rubé (1817-1884).

Un palais de la musique et de la danse

La musique et la danse moderne ont fait une entrée spectaculaire à l’opéra. Aujourd’hui, l’Opéra national de Paris est une entité qui regroupe l’ensemble des activités du palais Garnier (essentiellement réservé à la danse et à la musique) et de l’opéra Bastille (inauguré en 1990 et consacré aux spectacles lyriques).

L’opéra Garnier se visite tous les jours de 10 h à 16 h 30.

Adresse : Place de l’Opéra, 75009 Paris

Revenir à Paris